Communicaid a rejoint le groupe Learnlight !  |  En savoir plus

Japon

Le Japon est un pays de paix et d’harmonie qui continue à évoluer à travers l’alliance de la tradition et de la modernité.

Sony Computer Entertainment Europe

Etude de cas: Sony Computer Entertainment Europe

Après une analyse approfondie, Sony Computer Entertainment Europe (SCEE)…

Voir l'étude de cas

Cours en relation

Zoom - Japon

Le Japon aujourd'hui

Doté d’une riche histoire et d’un grand héritage culturel, le Japon a mis en place un modèle spécifique en matière de hiérarchie, d’honneur et d’étiquette qui se reflète dans de nombreuses pratiques sociales et d’affaires. Si votre entreprise souhaite développer des relations d’affaires avec le Japon, les clés du succès dépendent d’une compréhension des protocoles culturels.

 

La culture japonaise – Concepts et valeurs clés

Wa Le principe le plus important et toujours existant dans la culture japonaise est le concept du WA, ou de l’harmonie. Le maintien de l’harmonie sociale date de la première constitution en 604, ainsi que le travail en équipe nécessaire à l’époque aux travaux des champs. Dans les affaires, Wa se reflète dans l’absence d’affirmation de soi, de l’individualisme, et du  maintien de bonnes relations malgré des opinions divergentes. Lorsque l’on fait des affaires avec les Japonais, il est donc important de prendre en compte l’impact du Wa à travers le comportement japonais, tout particulièrement à travers la communication indirecte du « non ».

Kao Un des principes clé du système social japonais est la notion de «  face ». La «  face » est un signe de fierté personnelle et forme le socle de la réputation d’un individu et de son statut social. Le maintien de la « face » se traduit par la non-confrontation et le fait d’éviter la critique directe, quel que soit le lieu. Au Japon, faire perdre la face à quelqu’un peut avoir un impact très négatif dans le cadre de relations professionnelles.

Omoiyari Fortement associé au principe du « wa » et du « kao », Omoiyari est associé au sens de l’empathie et de la loyauté encouragées dans la culture japonaise et pratiquées au niveau professionnel. De façon plus explicite, cela veut dire percevoir les émotions de votre interlocuteur et construire une forte relation basée sur une compréhension et une confiance  réciproque, ce qui est essentiel pour réussir au Japon.

Faire des affaires au Japon

Le Japon, dès la fin du XIXe et le début du XXe siècle, a rapidement intégré de nombreuses influences occidentales en matière de technologie. Suite à la défaite du pays après la Seconde Guerre mondiale, le Japon a bénéficié d’une croissance exponentielle de son économie et devint rapidement une des premières puissances industrielles mondiales.

Suite au très fort tremblement de terre violent et au tsunami de 2011, l’économie du Japon s’est ralentie. Néanmoins, elle a rebondi fortement et reste un marché stable et attrayant ouvert aux investissements étrangers et commerciaux.

Partie 1 – Travailler en Japon

 

Pratiques professionnelles

  • Au regard de la très forte concurrence en Asie, le concept traditionnel du processus de négociation lent, n’est plus vraiment d’actualité aujourd’hui. La prise de décision s’effectue plus rapidement et de manière plus efficace.
  • Quand vous mettez en place un rendez-vous d’affaires, il vaut mieux appeler votre interlocuteur par téléphone que d’envoyez une lettre ou un email. Cela sera perçu comme plus courtois.
  • La ponctualité est essentielle au Japon, tout retard est perçu comme un manque de respect. Arriver 5 minutes avant un rendez-vous est une bonne manière de procéder.

 

Structure et hiérarchie des entreprises 

  • La forte structure hiérarchique dans les affaires professionnelles se reflète dans le processus de négociation. Cela commence au niveau exécutif et continue au niveau du middle management. Mais les décisions finales seront souvent prises par le groupe.
  • En général, au cours des réunions, les Japonais se présenteront par ordre hiérarchique, avec la personne la plus importante hiérarchiquement devant et la personne la moins importante hiérarchiquement la plus proche de la porte. Parallèlement à cette règle, il est possible que la personne la plus importante choisisse la place où elle souhaite s’asseoir.
  • Notez bien que dans le Japon d’aujourd’hui, même un individu en bas de la hiérarchie peut devenir un manager si ses résultats sont bons.

 

Relations professionnelles 

  • L’influence du confucianisme se traduit par un grand respect envers les personnes les plus âgées. L’âge et la position hiérarchique sont fortement liés, mais le changement de l’environnement professionnel fait que le parcours académique et l’aptitude professionnelle sont de plus en plus reconnus.
  • L’espace personnel est très apprécié au Japon, au regard de la forte densité de population. Le contact physique autre qu’une poignée de main ne se fait jamais en public.

 

Partie 2 – Faire des affaires en Japon

Protocole en affaires

  • Aucun contact professionnel ne peut se faire avant l’échange des cartes de visite «  meichi ». Utiliser les deux mains pour donner votre carte de visite, qui doit être écrite en anglais et en japonais. Lorsque vous recevez la carte de visite de votre interlocuteur, regardez la carte attentivement avant de la mettre précautionneusement sur la table. Il est important de prendre soin de la carte de visite que vous recevez.
  • Offrir un cadeau faisait parti du protocole d’affaires au Japon. Aujourd’hui, bien que non systématique, cette pratique se maintient et est acceptée avec gratitude. Cependant, faites attention à ne pas faire de cadeaux dispendieux car cela pourrait être perçu comme un « pot de vin ».
  • Il est d’usage et apprécié de commencer toute négociation par une conversation informelle. Attendez-vous à ce que votre interlocuteur japonais vous pose des questions sur votre éducation, famille et votre vie en général. Les questions plus privées ne sont pas d’usage.
  • Dans le contexte professionnel japonais, la signature d’un contrat n’est pas considérée comme un engagement final ou le signe que le processus de négociation est terminé.
  • S’occuper de ses partenaires ou de ses clients, même à l’issue d’une négociation, est très important et le suivi relationnel dans le cadre de relations d’affaires à long terme est déterminant.

Règles à respecter

  • Excusez-vous fréquemment à des moments appropriés et exprimez souvent votre gratitude, car cela est perçu comme poli au Japon
  • Évitez toute confrontation ou manifestation d’émotions négatives pendant une négociation. Exprimez vos opinions avec objectivité, mais évitez tout refus direct ou agressif.
  • Saluez votre interlocuteur respectueusement et poliment. Si votre interlocuteur s’incline devant vous, assurez-vous de faire de même sans excès. De façon plus usuelle, une poignée de main est suffisante.
  • Ne vantez pas les mérites d’un collègue japonais en face de ses pairs. Souvenez-vous que le groupe est souvent plus important que l’individu.
  • Ne vous adressez pas à votre interlocuteur japonais par son prénom, sauf si vous y avez été convié.
  • Utilisez les titres de madame ou monsieur ou ajouter « san » à leur nom de famille. Par exemple, vous vous adresserez à Monsieur Yamamoto en « Yamamoto San »
  • Ne faites pas de grands mouvements de bras ou des expressions faciales inhabituelles ou des mouvements d’humeur. Les Japonais ne parlent pas avec les mains.

Quiz culturel– Vrai ou faux

1. Dans les réunions d’affaires, il est d’usage pour la personne la plus élevée dans la hiérarchie de rentrer dans la pièce en dernier et de s’asseoir le plus près de la porte.

2. En japonais, le chiffre 4 est un homonyme du mot « mort » et par conséquent porte malheur.

3. Comme dans beaucoup de cultures occidentales, le silence est perçu comme inconfortable et donc évité quelles que soient les circonstances.

4. Dans la culture japonaise, le rire est souvent utilisé pour marquer des émotions telles que la nervosité, l’embarras, la confusion et la désapprobation.

5. Il n’est pas impoli de faire du bruit en aspirant ses nouilles ou en buvant son thé.

Quiz culturel– Réponses

1. Faux. La personne la plus âgée de l’équipe entre généralement la première dans la pièce, suivie par ses subordonnés, par ordre hiérarchique. La personne à l’échelon le moins élevé sera assise près de la porte.

2. Vrai.

3. Faux. Le silence est souvent utilisé dans le processus de réflexion et n’est jamais perçu comme inconfortable.

4. Vrai. Le rire est généralement utilisé quand on ne sait pas quel sentiment exprimer.

5. Vrai. C’est un signe positif montrant votre contentement.

ETUDES DE CAS CLIENT

Publications

Contactez-nous par Chat

Demander à être rappelé