Comment s’exprime la politesse dans les langues sans vouvoiement ?

Pascale Chauvot

7 Déc 2016

Comme chacun sait, le vouvoiement est présent dans certaines langues, absent chez d’autres, mais demeure une notion linguistique complexe dont l’usage n’est pas véritablement règlementé par des normes strictes. Il est notamment très difficile pour les personnes parlant une langue sans vouvoiement de comprendre son fonctionnement, tout comme il est compliqué pour les locuteurs de langues avec vouvoiement d’exprimer des nuances comme la politesse, le respect ou la distance hiérarchique sans l’utilisation du « vous ». Une question se pose alors : comment exprimer lesdites nuances dans les langues sans vouvoiement ?

Langues sans vouvoiement et langues avec vouvoiement : un peu d’histoire

S’il [le vouvoiement] n’existe pas initialement dans la langue latine, il fait son apparition entre le 2ème et le 4ème siècle après J.C.

Le vouvoiement est présent dans la majorité des langues indo-européennes, à l’exception de l’anglais et de certaines langues nordiques dans lesquelles il est tombé en désuétude (le fameux « thou » en anglais moyen).

S’il n’existe pas initialement dans la langue latine, il fait son apparition entre le 2ème et le 4ème siècle après J.C. dans les formules de politesse destinées à clore les correspondances.

Il existe une hypothèse selon laquelle l’apparition du vouvoiement aurait eu lieu sous le règne de Dioclétien (3ème siècle après J.C.) qui décida de nommer quatre représentants du pouvoir impérial. S’adresser à l’un deux revenait à s’adresser aux quatre à la fois car chacun représentait les trois autres et c’est pourquoi on commença à s’adresser à eux au pluriel. Cette marque de profond respect se répandit ensuite aux conversations de tous les jours.

Le “vous” et le “tu” selon les langues – quelques exemples

Le coréen utilise des suffixes après le verbe pour exprimer le vouvoiement

Le vouvoiement et le tutoiement s’expriment donc de manières très variées d’une culture à l’autre. En voici quelques exemples :

  • L’anglais ne comporte plus aucune forme de vouvoiement
  • Le français l’utilise au singulier
  • Le coréen utilise des suffixes après le verbe pour exprimer le vouvoiement
  • Le japonais ne l’utilise pas mais fait usage de pronoms différents afin de distinguer le sexe, l’âge et le rang de l’interlocuteur
  • Le chinois mandarin utilise un pronom équivalent au vouvoiement au singulier
  • L’espéranto ne comporte aucune forme de vouvoiement

Le vouvoiement expliqué aux Anglais… et aux Français !

On expérimente en France depuis Mai 68 un recul significatif du vouvoiement, que l’académicien Frédéric Vitoux déplore

Il n’est pas toujours évident de comprendre le fonctionnement du vouvoiement… y compris pour les Français ! Car en effet, on expérimente en France depuis Mai 68 un recul significatif du vouvoiement, que l’académicien Frédéric Vitoux déplore et considère comme une façon « d’uniformiser le langage et les rapports entre les individus ».

Quoi qu’il en soit, il peut s’avérer épineux, même pour un Français, de déterminer s’il faut vouvoyer un collègue de travail ayant un rang un peu plus élevé dans la hiérarchie de l’entreprise mais qui a le même âge que vous par exemple.

Quant aux Anglais et aux anglophones, le vouvoiement est bien souvent pour eux un véritable casse-tête, en particulier en entreprise et dans le cadre des relations professionnelles. Un article du quotidien Le Monde a même signalé la parution dans le Los Angeles Times d’un schéma explicatif à l’attention des anglophones pour comprendre le fonctionnement du vouvoiement en français !

langues sans vouvoiement

http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/

Dans le cas où notre langue contient le vouvoiement 

Réciproquement, il est difficile pour les personnes pratiquant une langue avec vouvoiement de montrer des marques de politesse et de respect dans une langue sans vouvoiement comme l’anglais.

Or, la langue anglaise étant aujourd’hui la lingua franca mondiale, ce sont des nuances qu’il est toujours utile de savoir exprimer, en particulier lorsque l’on s’adresse à ses collègues de travail ou pire, à ses supérieurs hiérarchiques.

Les langues sans vouvoiement ont-elles davantage de formules de politesse ?

Ainsi, il existe dans les langues sans vouvoiement telles que l’anglais ou l’arabe d’autres moyens pour exprimer la courtoisie, le respect ou la distance hiérarchique. La langue anglaise notamment fait usage d’une multitude d’expressions visant à moduler et à nuancer le langage telles que « can », « could », « may », « might » etc.

Il existe dans les langues sans vouvoiement telles que l’anglais ou l’arabe d’autres moyens pour exprimer la courtoisie, le respect ou la distance hiérarchique

Il existe aussi en anglais de très nombreuses façons d’exprimer son respect à quelqu’un, lorsque l’on salue une personne par exemple, de la façon la plus familière à la plus formelle :

  • Yo!
  • Hey!
  • Hi!
  • Hello!
  • Good morning / afternoon / evening

Il est donc essentiel pour les personnes dont la langue utilise le vouvoiement de maîtriser ces nouveaux codes de communication et ces nuances très fines du langage lorsqu’elles s’expriment dans une langue sans vouvoiement. Un exemple très simple de ce phénomène est la multitude d’expressions anglaises pouvant clore une lettre ou un mail et toutes les nuances qu’elles véhiculent.

Il est donc essentiel pour les personnes dont la langue utilise le vouvoiement de maîtriser ces nouveaux codes de communication et ces nuances très fines

Cependant, de là à dire que les langues avec vouvoiement possèdent moins de règles de politesse par rapport aux langues sans vouvoiement, cela reste à prouver. Le français notamment s’est illustré en la matière avec des formules de politesse désormais célèbres telles que « Veuillez agréer, Madame, Monsieur, chère Mademoiselle, l’expression de mes sentiments distingués ». Un « Bien à vous » tout net aurait suffi !

[if lte IE 8]
[if lte IE 8]
[if lte IE 8]
[if lte IE 8]