Quels sont les pays les plus multilingues au monde ?

Pascale Chauvot

2 Nov 2016

Le multilinguisme est un phénomène présent dans de nombreux pays, ce que l’on ne réalise pas toujours lorsque l’on appartient à un environnement relativement monolingue. Il est par exemple valorisé de savoir parler plusieurs langues vivantes en France, notamment l’anglais, alors que cette compétence sera simplement considérée comme un prérequis de base au Québec. Quels sont donc les enjeux liés au multilinguisme et quels sont les pays les plus multilingues au monde ?

Quels sont les pays les plus multilingues au monde ?

Mais tout d’abord, qu’est-ce que le multilinguisme exactement ? Le multilinguisme désigne le fait qu’une communauté, un pays ou une personne soit capable de s’exprimer en plusieurs langues.

On constate en effet qu’il y a plus de pays multilingues que de pays monolingues dans le monde

Il existe d’ailleurs un distinguo entre les notions de multilinguisme et de plurilinguisme : le premier concerne la présence, dans une aire géographique donnée, de plusieurs variétés linguistiques. Le second désigne le répertoire de variété linguistique que peuvent utiliser les locuteurs d’une aire géographique donnée, incluant la langue maternelle.

Les pays et régions les plus multilingues au monde ont été répertoriés… et la liste est longue ! On constate en effet qu’il y a plus de pays multilingues que de pays monolingues dans le monde.

Une distinction est faite bien entendu entre les langues officielles et les langues non officielles, mais ces dernières ne peuvent pas être négligées pour autant.

Certains pays voient se côtoyer une multitude de langues différentes, cependant la majorité des pays et régions présentés dans cette liste sont bilingues – tels que :

  • le Kenya (anglais et swahili)
  • l’Irak (arabe et kurde)
  • la Hongrie (hongrois et romani)

Top 10 des pays les plus multilingues au monde

Le multilinguisme est un phénomène présent dans de très nombreux pays de par le monde

Les dix pays les plus multilingues au monde sont donc :

  • l’Afrique du Sud : afrikaans, anglais, ndébélé du Transvaal, xhosa, zoulou, sotho du nord, sotho du sud, tswana, swati, venda et tsonga
  • le Zimbabwe : chewa, chibarwe, anglais, kalanga, khoïsan, nambya, ndau, ndebele, shangani, shona, langue des signes, sotho, tonga, tswana, venda et xhosa
  • le Mexique : anglais, espagnol et 290 langues indigènes
  • la Bolivie : aymara, espagnol, quechua et 34 autres langues
  • l’Afghanistan : persan, pachto, ouzbaki, turkmène, baloutchi, pashai, nuristani, pamiri, pachtou, dari
  • la Russie : russe, bouriate, altaï, touvain, khakasse, iakoute
  • la Chine : cantonais, mandarin, anglais, portugais, mongol, ouïghour, kazakh, tibétain
  • l’Inde : hindi, anglais et 22 autres langues
  • la Croatie : Croate, italien, hongrois, serbe, ukrainien, rusyn, slovaque, tchèque
  • la Pologne : polonais, cachoube, biélorusse, allemand, tchèque, karaïm, lemkovien, lituanien, russe, tatar, ukrainien, slovaque, portugais

Il en existe de nombreux autres possédant entre trois et six langues différentes, et on se rend bien compte que le multilinguisme est un phénomène présent dans de très nombreux pays de par le monde.

Le multilinguisme : pont ou barrière entre les cultures ?

Quelles sont les conséquences du multilinguisme et ce phénomène constitue-t-il un pont ou une barrière entre les cultures ?

On constate en effet qu’en Belgique par exemple, où se côtoient le français et le néerlandais, il existe une lutte d’influence linguistique entre les deux communautés du pays.

Une culture « forte » est souvent synonyme de langue influente

De même au Canada, le Québec perçoit comme une menace l’influence linguistique anglophone et s’efforce de lutter contre les anglicismes. Le phénomène du multilinguisme comporte donc un paradoxe en ceci qu’il constitue à la fois un pont (et la possibilité d’un dialogue) et une barrière entre les cultures.

Ce phénomène du multilinguisme peut donc être à la fois facteur de cohésion et de discorde, en particulier lorsque certains groupes sentent leur identité linguistique menacée par une autre langue plus influente.

Car l’influence linguistique va de pair avec l’influence culturelle, et une culture « forte » est souvent synonyme de langue influente – la prédominance économique des Etats-Unis n’est par exemple pas étrangère à l’omniprésence de l’anglais en tant que langue internationale des affaires.

Le phénomène du multilinguisme comporte donc un paradoxe en ceci qu’il constitue à la fois un pont (et la possibilité d’un dialogue) et une barrière entre les cultures

L’exemple de la France

Dans le paysage européen, la France s’affiche au contraire comme un pays monolingue, contrairement à de nombreux autres pays d’Europe.

En effet la France ne figure pas dans la liste des pays multilingue à l’inverse par exemple de :

  • l’Allemagne
  • l’Autriche
  • la Belgique
  • la Biélorussie
  • la Bosnie-Herzégovine
  • Chypre
  • la Croatie
  • le Danemark
  • l’Espagne
  • la Finlande
  • la Géorgie
  • la Hongrie
  • l’Irlande
  • l’Italie
  • le Kazakhstan
  • le Kosovo

Et la liste est encore longue !

La France s’affiche au contraire comme un pays monolingue, contrairement à de nombreux autres pays d’Europe

La France, quant à elle, est officiellement monolingue depuis 1992. Pourtant d’autres langues sont pratiquées en France telles que le basque, le corse ou encore le breton. Malgré l’attachement de beaucoup à certaines langues régionales, elles ne sont pas considérées comme des langues officielles.

Cette culture monolingue pourrait-elle expliquer les difficultés rencontrées par les Français pour apprendre l’anglais ? Qui sait…

La France, quant à elle, est officiellement monolingue depuis 1992

[if lte IE 8]
[if lte IE 8]
[if lte IE 8]
[if lte IE 8]