Les langues rares – Une source de croissance inexploitée ?

Basile Cappuyns

18 Mai 2015

D’après l’UNESCO, les langues rares sont menacées de disparition. Les mécanismes de la mondialisation  et l’internationalisation des échanges mettraient en danger près de 90% des langues parlées aujourd’hui. Pourtant ces langues peuvent représenter un vecteur de croissance.

Le site Harvard Business Review nous propose un article traitant du potentiel que représentent les langues dites rares pour les entreprises. En effet, d’après une récente étude, près de 12.5% du Produit Intérieur Brut (PIB) mondial est réalisé dans des zones ou les langues dites majeures (comme l’anglais ou l’espagnol par exemple) ne sont pas utilisées.

Les langues rares et multinationales

Des entreprises de taille mondiale orientent aujourd’hui leur développement vers les langues dites rares ou en danger. Ainsi, le Cherokee sera officiellement supporté par Windows 8, le dernier système d’exploitation de Microsoft. De son coté, Google lance un vaste programme de sauvegarde des langues menacées permettant aux internautes de partager informations et ressources concernant des langues en voie de disparition. Google n’en est pas à son coup d’essai en la matière et fait régulièrement parler de son moteur de recherche en incluant des supports de langues rares comme le gaélique par exemple.

Langues et idiomes rares comme outils marketing

Néanmoins ces entreprises n’agissent pas uniquement par charité ou philanthropisme. Les langues rares représenteraient-elles une source de croissance pour le monde des affaires ? La question mérite d’être posée, surtout en ces temps de difficultés économiques et d’émergence de nouveaux marchés disposant de communautés linguistiques diverses comme c’est le cas en Inde ou en Chine qui comptent plusieurs centaines de langues et d’idiomes différents sur leur territoire national. L’importance de ces langues risque de se trouver renforcée, notamment à cause du déclin de l’anglais comme lingua franca, anticipé par certains spécialistes.

La formation linguistique comme moyen d’accéder à de nouveaux marchés

Disposer de collaborateurs capables de s’exprimer dans une langue peu usitée offre l’avantage de pouvoir accéder à de nouveaux marchés et de calibrer des campagnes de communication et de marketing efficaces pour vendre produits ou services. Néanmoins, trouver des professionnels qualifiés capables de s’exprimer dans une langue rare n’est pas nécessairement chose aisée. La solution d’un traducteur peut également être envisagée mais son coût peut être un frein, notamment pour les PME.

Les entreprises ont également la possibilité de former leurs collaborateurs dans la langue cible avant d’entrer sur un nouveau marché. Cette solution a pour principal avantage de conserver les compétences existantes tout en développant les capacités des collaborateurs concernés. Ce type de formations a également pour effet de fidéliser les membres de l’entreprise en leur permettant d’étendre leur champ de compétences. Il reste néanmoins crucial pour ces organisations d’assurer un bon retour sur investissement de ces cours de langues. Ce retour sur investissement ne peut se calculer que sur le long terme et dépend grandement de la qualité de la formation. Cette dernière se doit donc de répondre précisément aux objectifs et attentes des apprenants  et de l’entreprise.

[if lte IE 8]
[if lte IE 8]
[if lte IE 8]
[if lte IE 8]