Communicaid a rejoint le groupe Learnlight !  |  En savoir plus

Comment gérer les expatriations dans les zones à risque ?

Hynd Habach

10 Mai 2017

Les zones à risque correspondent à des territoires (pouvant s’étendre à l’échelle d’une ville, d’une région ou d’un pays) identifiés comme dangereux à divers égards. Il peut s’agir notamment de risques sismiques, politiques ou encore terroristes. Nous allons nous intéresser dans cet article aux risques auxquels sont exposés les expatriés lorsqu’ils partent travailler dans une zone à risque. Il se pose dès lors deux questions : quelles sont les conséquences d’une telle destination pour les expatriés et comment les entreprises peuvent-elles assurer leur sécurité dans ces contextes d’expatriation particuliers ?

Être expatrié dans une zone à risque : une réalité parfois choquante

Les zones à risque sont à la fois nombreuses et très contrastées car il existe une multitude de risques différents. Le quotidien Le Monde a notamment publié une cartographie des risques de sûreté et des risques politiques pour les entreprises. On peut par exemple y découvrir que les zones les plus à risque en termes de sûreté sont :

  • la Syrie
  • l’Irak
  • l’Afghanistan
  • le Pakistan
  • le Yémen
  • le Soudan

En matière de risques politiques pour les entreprises, on retrouve à peu de choses près le même classement mais des pays comme l’Argentine, l’Algérie ou encore le Pakistan sont également considérés comme affichant un risque élevé.

zones à risque

Source : Le Monde, Carte des zones à risque pour les entreprises

Or il peut être intéressant de savoir que l’on compte plus d’un million et demi d’expatriés français dans le monde et que plusieurs milliers d’entre eux sont précisément envoyés travailler dans ces zones à risque. Les risques en question peuvent prendre des formes variées :

  • Piraterie
  • Enlèvements
  • Attentats terroristes
  • Agressions et criminalité

Cela devient dès lors une vraie question pour les entreprises dont l’activité nécessite d’envoyer certains de leurs employés travailler dans ces zones sensibles. La sécurité desdits salariés devient évidemment une priorité pour ces entreprises, qui se doivent de développer des protocoles de sécurité et de bien préparer leurs employés ainsi que leurs familles à de tels projets d’expatriation.

On compte plus d’un million et demi d’expatriés français dans le monde et plusieurs milliers d’entre eux sont précisément envoyés travailler dans ces zones à risque

Quelles conséquences pour les expatriés français ?

Quelles sont donc les conséquences de ces zones à risque sur le quotidien des expatriés et des entreprises concernées ?

Selon un article publié sur le site du Figaro, les entreprises prennent soin de mettre en place des systèmes de prévention et de sécurité extrêmement sophistiqués.

Cela implique :

  • la surveillance des hôtels
  • le déploiement de trois véhicules pour chaque déplacement : un véhicule éclaireur, le véhicule transportant l’expatrié ou le client et un dernier véhicule dit « de back up » avec des officiers de sécurité
  • l’embauche systématique de gardes du corps
  • etc…

De nombreux cabinets basés dans ces zones à risque se sont ainsi spécialisés dans le recrutement d’anciens militaires et policiers pour assurer la sécurité des expatriés et ressortissants étrangers.

Il est essentiel de sensibiliser les expatriés ainsi que leurs familles aux risques auxquels ils peuvent être confrontés sur place

Une vie sous haute protection

Le fait de vivre dans ces zones à risque influe beaucoup sur le quotidien des expatriés. Ces derniers sont parfois contraints de vivre dans des quartiers protégés entourés de hauts murs et de miradors, avec portes blindées, barreaux aux fenêtres et « safe room » en cas d’attaque.

L’article cité précédemment présente également le témoignage d’un expatrié français vivant au Pakistan, qui insiste sur l’état de vigilance constante dans laquelle on vit dans ces pays à risque. Certains expatriés optent d’ailleurs pour une stratégie de discrétion optimale, en essayant autant que possible de ne pas attirer l’attention en roulant avec des vitres teintées, en évitant les transports locaux et en n’indiquant pas leur nom sur leur porte.

Le fait de vivre dans ces zones à risque influe beaucoup sur le quotidien des expatriés

En cas d’incident, il est également très important de respecter les consignes de sécurité mises en place par l’entreprise ainsi que les consignes du personnel de sécurité. Mais il est tout aussi important d’avoir anticipé de tels événements avant même le départ en expatriation et d’être correctement couvert, qu’il s’agisse de risques sanitaires, politiques ou terroristes, comme le montre la vidéo ci-dessous :

Comment bien préparer vos employés à s’expatrier dans une zone à risque ?

Comment les entreprises, par le biais du service des Ressources Humaines ou les chargés de la Mobilité, peuvent-elles préparer leurs employés à une expatriation dans une zone à risque ? Plusieurs méthodes existent :

  • Sensibiliser en amont aux risques possibles et aux consignes de sécurité : il est essentiel de sensibiliser les expatriés ainsi que leurs familles aux risques auxquels ils peuvent être confrontés sur place et aux manières de les minimiser. La bonne connaissance et le respect des consignes de sécurité sur place sont particulièrement essentiels.
  • Fournir les bons contacts : l’entreprise peut également fournir un ensemble de contacts utiles à l’expatrié, tels que celui de l’ambassade mais également celui d’autres expatriés sur place ou d’associations locales spécialisées dans l’accueil des expatriés et des étrangers.
  • Optimiser la protection des expatriés sur place : comme nous l’avons déjà évoqué, une des meilleures façons de prévenir les risques est de mettre en place des systèmes de sécurité de qualité, à titre préventif.

Pour conclure, on peut constater que le maître mot de l’expatriation dans une zone à risque est la prévention. Un expatrié bien préparé se rend moins vulnérable vis-à-vis des risques présents dans son pays d’accueil – et son entreprise dispose de nombreux outils pour l’y aider.

On peut constater que le maître mot de l’expatriation dans une zone à risque est la prévention

Contactez-nous par Chat

Demander à être rappelé