Expatriation : comment surmonter le choc culturel ?

Bertille Marion

28 Avr 2017

Nous avons tous entendu parler du choc culturel, et certains d’entre nous l’ont surement déjà expérimenté. Il s’agit de la désorientation ressentie par une personne confrontée à un mode de vie qui ne lui est pas familier. Ce concept, défini pour la première fois par le Canadien Kalervo Oberg en 1960, peut concerner un individu en visite plus ou moins prolongée dans un pays étranger, face à l’immigration ou encore lors d’un changement de milieu social ou de mode de vie. Découvrez comment surmonter le choc culturel en suivant des conseils simples.

Surmonter le choc culturel : un cap parfois difficile

En quoi consiste la théorie du choc culturel ? Selon le site dédié aux étudiants étrangers de l’Université de Laval, au Canada, le choc culturel se divise en trois grandes étapes :

1. Lune de miel

C’est la période durant laquelle vous vous émerveillez des découvertes que vous faites dans votre nouvel environnement. Tout vous paraît nouveau, intéressant exotique… Cette phase peut durer de quelques jours à plusieurs mois.

2. Crise ou confrontation

Lorsque la routine commence à s’installer – ce qui semble malheureusement inévitable – cela peut coïncider avec une période de désillusions où les différences entre votre pays d’origine et votre pays d’accueil vous sautent aux yeux.

Vous pouvez alors éprouver de la confusion, de la frustration, de l’impuissance, de la mélancolie et même de la colère. C’est ce que l’on appelle communément le mal du pays !

3. Ajustement 

Heureusement cette crise n’est que passagère et vous entrez ensuite dans une période d’ajustement, c’est-à-dire que vous apprenez progressivement à accepter sans juger la culture qui vous accueille, ses coutumes et ses valeurs.

Quels sont les symptômes du choc culturel ?

Les symptômes du choc culturel peuvent être variés, et se manifestent parfois sous la forme d’une forte envie

  • de dormir
  • de manger
  • de boire compulsivement

On peut également se montrer mal à l’aise, s’isoler, s’ennuyer ou être irritable

Le choc culturel peut également se manifester par

  • de l’anxiété
  • du stress
  • des difficultés à se concentrer

On peut également se montrer mal à l’aise, s’isoler, s’ennuyer ou être irritable.

Tout le monde semble expérimenter un choc culturel plus ou moins important lors d’un séjour prolongé à l’étranger, d’une expatriation ou d’un changement d’environnement. Il est donc difficile de ne pas passer par là, en revanche il est possible d’anticiper pour mieux surmonter le choc culturel !

Comment anticiper le choc culturel ?

A. Renseignez-vous sur votre destination

Il est recommandé, lorsque vous prévoyez d’aller passer quelques temps à l’étranger ou de partir en expatriation, de vous renseigner au préalable sur le choc culturel et de mettre en place des stratégies de prévention.

N’hésitez pas non plus à lire des témoignages et des retours d’expérience (sur des blogs, des forums…)

Cela consiste par exemple à prendre le temps de s’informer sur votre destination en prenant connaissance :

  • de la géographie
  • des conditions météo
  • de la langue
  • des principaux traits culturels
  • de la situation politique
  • de la réputation qu’ont les étrangers etc

B. Un homme/une femme averti(e) en vaut deux

N’hésitez pas non plus à lire des témoignages et des retours d’expérience (sur des blogs, des forums…) de personnes qui se sont déjà rendues dans votre pays d’accueil.

Renseignez-vous également sur les règles de politesse et de savoir-vivre à respecter (cela vous évitera quelques faux pas et éventuels moments gênants) afin d’avoir une meilleure compréhension globale de la culture au sein de laquelle vous allez vous introduire.

C. Soyez ouvert et prêt à découvrir de nouvelles choses

Ensuite préparez-vous mentalement, cultivez l’empathie et l’ouverture d’esprit, qui sont deux aptitudes propres à la communication interculturelle. N’hésitez pas à prendre du recul vis-à-vis de votre propre culture et à considérer chaque situation de différents points de vue.

D. Restez en contact avec vos proches

Enfin prévoyez de rester en contact avec vos proches et vos amis afin de ne pas vous isoler – l’isolation étant un important facteur de choc culturel.

Contactez régulièrement vos proches, racontez-leur votre séjour, demandez-leur leur avis sur les éléments qui vous paraissent peut-être étranges au sein de votre culture d’accueil et éviter de porter des jugements hâtifs. La clé de la communication interculturelle est de savoir adopter le point de vue de vos interlocuteurs d’autres cultures !

Prévoyez de rester en contact avec vos proches et vos amis afin de ne pas vous isoler

Surmonter le choc culturel c’est possible !

L’objectif, dans le cadre du choc culturel, est d’atteindre un stade d’aisance biculturelle : c’est-à-dire le moment où vous vous sentez autant à l’aise dans votre culture d’accueil que dans votre culture d’origine. À noter que c’est un processus qui peut prendre plusieurs années.

L’objectif est d’atteindre un stade d’aisance biculturelle :  le moment où vous vous sentez autant à l’aise dans votre culture d’accueil que dans votre culture d’origine

Afin d’atteindre cette aisance biculturelle, il existe ici encore plusieurs stratégies à mettre en place. Il est non seulement important de rester en contact avec vos proches mais également de créer du lien dans votre pays d’accueil.

Pour cela n’hésitez pas à sortir, à participer à des activités de groupe ou à vous intéresser à l’actualité de votre commune. Parlez également de votre expérience avec votre entourage et partagez vos impressions : cela vous aidera encore une fois à mieux comprendre votre culture d’accueil.

Un dernier conseil pour la route : soyez patient avec vous-même et avec les autres, vous aurez alors plus de chance de surmonter le choc culturel !

Contactez-nous par Chat

Demander à être rappelé