10 conseils pour adopter une communication non verbale positive

Hynd Habach

29 Jan 2018

La communication non verbale désigne lors d’un échange entre deux personnes toute communication n’ayant pas recours à la parole. On parle également du langage du corps, qui peut concerner des éléments aussi divers que le ton, la posture ou encore la position des mains. Cette dimension de la communication non verbale est très importante et influe énormément sur la perception qu’auront vos interlocuteurs de votre personne en milieu professionnel. Découvrez dans cet article 10 conseils incontournables pour adopter une communication non verbale positive.

Communication non verbale : contrôler le langage de son corps

1. Éviter les signes de nervosité

Selon un article publié sur le site Forbes, un des premiers réflexes à avoir en termes de communication non verbale est de savoir s’examiner soi-même afin de comprendre comment nous nous exprimons par notre corps. En effet, certains gestes ou signaux inconscients peuvent être interprétés de manière négative par nos interlocuteurs – par exemple si nous nous exprimons les bras croisés en signe de défense, ou si nous avons des tics de langage lorsque nous sommes nerveux ou mal à l’aise. Il est donc important d’identifier ces signes de nervosité afin de les corriger.

2. Maîtriser sa posture

Portez également attention à votre posture et demandez-vous dans un premier temps quels sont vos objectifs vis-à-vis de votre interlocuteur. Souhaitez-vous être perçu comme :

  • décontracté ?
  • assuré ?
  • en position de force ?
  • rassurant ?

Le fait de déterminer clairement votre intention vous aidera à mieux adapter votre posture. Si vous voulez paraître assuré et sûr de vous par exemple, prenez garde à vous tenir droit, à occuper généreusement l’espace à votre disposition, et à privilégier des mouvements amples.

3. Moduler le ton de sa voix

Autre élément important en communication non verbale : la voix. Il est essentiel de savoir maîtriser sa voix, son débit et son ton. Travaillez dans un premier temps votre respiration – une bonne respiration se fait par le ventre – afin de stabiliser votre débit et entrainez-vous à bien articuler chaque mot. Un peu de lecture quotidienne à voix haute peut facilement vous aider à avoir un débit régulier et une voix posée.

Développer une communication non verbale positive

4. Adopter une gestuelle ouverte

Afin de développer une communication non verbale positive, n’hésitez pas à adopter une gestuelle ouverte, décontractée et qui peut se traduire par le fait de se positionner les bras ouverts avec les paumes tournées vers votre interlocuteur en signe de bienvenue et de sincérité. Il faut bien entendu éviter tout geste associé à l’enfermement tel que les bras croisés, la tête baissée ou les mains cachées derrière le dos.

5. Maintenir le contact visuel

Dans de très nombreuses cultures, le fait de ne pas regarder son interlocuteur dans les yeux peut être interprété comme une preuve de dissimulation voire de malhonnêteté – alors qu’il s’agit bien souvent de timidité ou d’un simple manque de confiance en soi. C’est pourquoi il est important de maintenir autant que possible un contact visuel avec son interlocuteur dans une dynamique de franchise et de transparence.

6. Adopter la bonne distance corporelle

Certaines personnalités sont plus tactiles que d’autres. Or le fait de ne pas bien identifier la tolérance de son interlocuteur aux contacts physiques peut mener à des situations embarrassantes. Il faut prêter une attention toute particulière à cette dimension afin de ne pas mettre son interlocuteur mal à l’aise, soit en ne respectant pas la distance physique qu’il souhaite maintenir soit en réagissant mal à ses accolades ou poignées de main.

7. Sourire

Il s’agit peut-être du conseil le plus important lorsque l’on souhaite adopter une communication non verbale positive : sourire est une véritable priorité. Il paraîtrait même qu’il serait beaucoup plus fréquent de mieux se souvenir des personnes souriantes et des messages qu’elles souhaitaient nous transmettre. Le sourire est donc sans doute votre meilleur allié en communication non verbale.

Il serait beaucoup plus fréquent de mieux se souvenir des personnes souriantes et des messages qu’elles souhaitaient nous transmettre

La communication non verbale à travers les cultures

8. Éviter les impairs culturels

Bien évidemment, les codes de la communication non verbale changent en fonction des cultures et des pays. C’est pourquoi il est important d’éviter les impairs culturels lorsque l’on se trouve en présence de collaborateurs étrangers. À titre d’exemple, il faudra veiller à ne pas diriger – en position assise – la semelle de ses chaussures vis-à-vis de son interlocuteur au Moyen-Orient ou dans certains pays d’Asie, tout comme il est fortement recommandé de ne pas manger de la main gauche dans les pays en majorité musulmans.

Il est important d’éviter les impairs culturels lorsque l’on se trouve en présence de collaborateurs étrangers

9. Adapter sa communication non verbale à ses interlocuteurs étrangers

Il est ainsi recommandé d’adapter sa communication non verbale en fonction de ses interlocuteurs et de moduler à la fois :

  • sa gestuelle
  • sa posture
  • le ton de sa voix
  • son attitude générale en fonction des cultures en présence

10. Apprendre la communication non verbale à travers les cultures

Il n’est pas rare cependant d’ignorer tout simplement les différents codes de communication non verbale à adopter au sein d’une autre culture. C’est pourquoi il peut être bénéfique dans ce cas-là de suivre une formation interculturelle afin de bien saisir comment sera perçue votre manière d’être par vos collaborateurs étrangers et ce que vous devez corriger pour pouvoir construire une relation de qualité avec eux.